3 days in Fukui Prefecture

Située sur la mer du Japon et encore peu connue des voyageurs, la préfecture de Fukui recèle de nombreux trésors. Forte de nombreux savoir-faire, vous pourrez découvrir tour à tour des manufactures de papier washi, des coutelleries artisanales, mais aussi visiter temples et sanctuaires qui parsèment la région.

Après avoir passé 3 jours dans la préfecture de Fukui, nous nous sommes dits qu’un petit guide de cette préfecture encore peu connue des voyageurs pourrait en intéresser certain.es. Voici nos incontournables!

🇬🇧 After spending three days in Fukui prefecture, we told ourselves that a little guide of this prefecture still little known to travelers could interest some. Here are our must-haves!

La ville d’Echizen et sa tradition papetière

La région d’Echizen est connue pour sa tradition papetière. Aujourd’hui encore, 70 sites de production de washi sont encore en activité. Cet artisanat ancestral est reconnu dans tout le Japon, et un des artisans a été proclamé Trésor national vivant pour avoir perpétué la tradition du papier washi à son plus haut niveau.

🇬🇧 The Echizen region is known for its paper making tradition. Even today, 70 washi production sites are still in operation. This ancestral craftsmanship is recognized throughout Japan, and one of the craftsmen has been proclaimed Living National Treasure for perpetuating the tradition of washi paper at its highest level.Le papier est fabriqué à partir des fibres végétales et sert en majorité à fabriquer du papier pour la calligraphie mais aussi du papier pour les fusuma, les panneaux coulissants japonais, des étiquettes pour les bouteilles de saké ou encore des ombrelles.

🇬🇧 The paper is made from kozo, mitsumata and gampi fibers and is mainly used to make paper for calligraphy but also for fusuma paper, Japanese sliding panels, labels for sake bottles, sunshades.

Pour tout savoir sur cet art inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’Unesco, nous vous conseillons le musée du papier et de la culture, où vous pourrez découvrir l’histoire du papier washi ainsi que le musée du papier et de l’artisanat Udatsu, où vous pourrez contemplez les artisans au travail avec des outils d’époque. Totalement hypnotisant !

🇬🇧 To know everything about this art inscribed in the Intangible Cultural Heritage of Humanity of Unesco, we recommend the museum of paper and culture, where you can discover the history of washi paper and the museum of paper and Udatsu craftsmanship, where you can contemplate craftsmen at work with period tools. Totally mesmerizing!

Le sanctuaire Okoto Otaki

Le sanctuaire Okoto Otaki est situé à Échizen. Il est le seul sanctuaire japonais a été dédié à Kawakami Gozen, la déesse du papier. Rien d’étonnant lorsque l’on sait que la province d’Echizen est spécialisée dans la fabrication du papier Wachi. Le sanctuaire Okoto Otaki se cache au milieu de pins si hauts que l’on a du mal à discerner sa présence, si ce n’est grâce à son magnifique torii rouge, posté à l’entrée et qui aiguille les visiteurs vers le chemin à emprunter.

🇬🇧 Okoto Otaki Shrine is located in Echizen. It is the only Japanese sanctuary dedicated to Kawakami Gozen, the goddess of paper. No wonder when Echizen province is specialized in the manufacture of Wachi paper. The Okoto Otaki Sanctuary is hidden in the midst of tall pines that are difficult to discern, except for its magnificent red torii, which is posted at the entrance and which leads visitors to the path. borrow.

Il se compose de deux bâtiments construits dans la seconde moitié de l’époque Edo (1603-1868). Situé au sommet d’un petit mont dénommé le mont Gongen, il y règne une atmosphère calme et apaisante. Ce sanctuaire est considéré depuis 1985 comme un « bien culturel important » du Japon.

🇬🇧 It consists of two buildings built in the second half of the Edo period (1603-1868). Located atop a small mountain called Mount Gongen, there is a calm and soothing atmosphere. This sanctuary is considered since 1985 as an « important cultural property » of Japan.

Le château d’Ono

Ce château, perché au sommet d’une colline a hérité du surnom de “Château dans le ciel”, hommage au film du maître de l’animation Miyazaki. Pourquoi ? Parce qu’il est, en automne et en hiver, entouré de bon matin d’une brume épaisse, qui lui donne l’impression de flotter dans les nuages.

🇬🇧 This castle, perched on top of a hill has inherited the nickname « Castle in the sky », tribute to the film of the master of animation Miyazaki. Why ? Because it is, in autumn and winter, surrounded by a good morning mist thick, which gives him the impression of floating in the clouds.

Pour ceux ne pouvant pas être présents à ces périodes de l’année, sachez que le château en lui-même, avec ou sans brume, mérite la visite. Perché sur la colline de Kameyama, il offre une vue imprenable Ono, surnommée “la petite Kyoto” mais aussi sur les montagnes Arashimadake, qui sont classées parmi les 100 plus belles montagnes du Japon.

🇬🇧 For those who can not be present at these times of the year, know that the castle itself, with or without haze, is worth a visit. Perched on the hill of Kameyama, it offers a breathtaking view Ono, nicknamed « the small Kyoto » but also on the Arashimadake Mountains, which are ranked among the 100 most beautiful mountains of Japan.

Le village de coutelier de Takefu

En plus d’être le berceau du papier Washi, la province d’Echizen, dans la préfecture de Fukui est aussi spécialisée dans la fabrication couteaux. Tout commence en 1337 lorsque Kuniyasu Chiyozuru, maître forgeron de Kyoto, commence à fabriquer des épées, mais aussi des faucilles pour les agriculteurs. Puis la production se déplace vers la fabrication de couteaux et d’outils de jardin.

🇬🇧 In addition to being the birthplace of Washi paper, Echizen Province, in Fukui Prefecture, is also specialized in knives manufacturing. It all began in 1337 when Kuniyasu Chiyozuru, master smith of Kyoto, began making swords, but also sickles for farmers. Then the production moves to the manufacture of knives and garden tools.

Ce village coutelier vous permet d’en savoir davantage sur la fabrication des couteaux, d’observer les artisans au travail, mais aussi, si vous le souhaitez, de participer à un stage de fabrication de votre propre couteau. Nous n’avons pas eu le temps de tester mais la prochaine fois que l’on vient, on y coupe pas !

🇬🇧 This cutler village allows you to learn more about making knives, to observe craftsmen at work, but also, if you wish, to participate in an internship to manufacture your own knife. We did not have time to test but the next time we come, we don’t cut!

La cascade Uriwari no taki

Au sud de la préfecture, non loin de la ville côtière d’Obama, se niche la cascade Uriwari. Une halte parfaite pour savourer un peu de fraîcheur et se reconnecter à la nature. La cascade Uriwari dévale les pentes en une multitude de petites veines d’eau, sous la protection d’un torii de bois et des pins, rectilignes, qui semblent toucher le ciel.

🇬🇧 South of the prefecture, not far from the coastal city of Obama, nestles the waterfall Uriwari. A perfect stop to savor a little freshness and reconnect with nature. The Uriwari cascade runs down the slopes in a multitude of small veins of water, under the protection of a torii of wood and pines, rectilinear, which seem to touch the sky.

Elle a été désignée comme une des 100 sources les plus pures du Japon. Mais elle est aussi une des plus froides, hiver comme été. La légende veut même qu’un Uri (sorte de melon japonais) ait explosé sous le froid de son eau !

🇬🇧 It has been designated as one of the 100 purest sources in Japan. But it is also one of the coldest, winter and summer. Legend has it that a Uri (a kind of Japanese melon) exploded under the cold of its water!

Les 5 lacs de Mikata

Les cinq lacs de Mikata, dans la baie de Wakasa, surnommés les lacs aux cinq couleurs, ont chacun une couleur changeante. En cause, la densité de sel présente qui varie dans chaque lac, mais aussi à cause de leurs diverses profondeurs. Ainsi, vous découvrirez un lac aux eaux d’un bleu profond quand le suivant tirera davantage sur un léger bleu presque turquoise.

🇬🇧 The five lakes of Mikata, in Wakasa Bay, nicknamed the five-colored lakes, each have a changing color. In fact, the density of salt present varies in each lake, but also because of their various depths. Thus, you will discover a lake with deep blue waters when the next will draw more on a light blue almost turquoise.

Les abords des lacs étant aménagés il est possible de les découvrir à pieds, mais nous avons de notre côté préféré prendre un peu de hauteur pour pouvoir observer ces 5 lacs en un seul coup d’oeil. Il faut emprunter la Rainbow line (et donc d’être motorisé) qui serpente la montagne et nous emmène à son sommet pour nous offrir une vue fabuleuse sur les cinq lacs mais aussi sur la mer du Japon.

🇬🇧 The surroundings of the lakes being arranged it is possible to discover them on foot, but we have on our side preferred to take a little height to be able to observe these 5 lakes in a single glance. We must take the Rainbow line (and therefore be motorized) that meanders the mountain and takes us to its summit to give us a fabulous view of the five lakes but also on the Sea of ​​Japan.

Les falaises de Tojinbo

Il y a un petit air de Bretagne sur cette côte bordée de roches tombant à-pic. Situées sur la côte de la ville de Sakai, les falaises de Tojinbo sont sculptées par les flots et l’érosion depuis 10 millions d’années. En plus d’être impressionnantes avec leurs formes graphiques et leur sommet qui culmine à 20 mètres de haut, elles sont également remarquables puisque ces falaises basaltiques sont constituées de roche très rare, présente qu’à deux autres endroits sur la planète.

🇬🇧 There is a little air of Brittany on this coast lined with rocks falling sharply. Located on the coast of Sakai City, the Tojinbo cliffs have been sculpted by the waves and erosion for 10 million years. In addition to being impressive with their graphic forms and their summit that rises to 20 meters high, they are also remarkable as these basaltic cliffs are made of very rare rock, present only two other places on the planet.

Où loger ?

Nous avons séjourné à l’hôtel Awara Onsen Grandia Housen. Nous avons opté pour une chambre traditionnelle avec futons sur tatamis et oreillers de riz, mais pour ceux préférant le confort à l’occidental, l’hôtel comporte également des chambres avec lit king size. Pour ceux souhaitant une version plus luxe, certaines suite ont leur propre onsen extérieur privatif.

Petit plus : l’hôtel renferme un superbe onsen, où l’on peut venir se délasser dans de bains de sources chaudes, du matin au soir.

🇬🇧 We stayed at Awara Onsen Grandia Housen. We have opted for a traditional futon room with tatami mats and rice pillows, but for those preferring western comfort, the hotel also has rooms with king size beds. For those wishing a more luxury version, some suites have their own private outdoor onsen. The hotel has a superb onsen where you can relax in hot spring baths from morning to night.

Comment venir ?

– Par train : 

  • Depuis Tokyo (3h30) : Tokyo  (Hokuriku Shinkansen) – Kanazawa ( Express Thunderbird)- Fukui.
  • Depuis Osaka (2h) : JR Express Thunderbird
  • Depuis Kyoto (1h30) :  JR Express Thunderbird

– Par bus :

  • Depuis Osaka : La ligne Wakasa entre Osaka et la région ouest de Fukui / un service de bus de nuit est disponible pour relier Tokyo et la ville de Fukui, en partant des stations JR Tokyo, Shinjuku et Ikebukuro.

– Par avion : 

  • Depuis Tokyo 2h20 : Haneda Airport – Komatsu Airport – bus. , 1h10 de vol puis 1h de bus jusqu’à Fukui. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *